thumb-eoliennes.png
Imprimer

Energies éoliennes

Réflexions sur l'énergie éolienne

Depuis quelques années, le credo de toute âme verte nous porte vers l'éolien, salut de la planète.

Barder d'hélices les crêtes du Jura et l'indépendance énergétique du pays sera assurée dans le respect de la planète. Ceux qui s'y opposent sont des obscurantistes, des fossoyeurs de la bonne conscience helvétique. Le 27 mai dernier, coup de tonnerre sur les cimes jurassiennes; les Verts et tout se qui gravite autour s'émeuvent de l'implantation au sommet du Mont Tendre d'une antennes militaire secrète de 25 mètres... 25 mètres pour la défense du pays (c'est du moins la thèse gris-verte). Mais qu'est-ce donc face aux 140 mètres d'une éolienne ? Certes les arguments des opposants ne sont pas idiots: le Mont Tendre serait l'un des derniers sommets, sinon le dernier, à ne pas abriter une antenne ou un artefact humain (il est vrai qu'avec les 1000 éoliennes envisagées, il n'y aura plus guère de sommet intact). Ce lieu unique serait prisé des promeneurs, de plus il bénéficie d'une protection paysagère... En fait, toutes les caractéristiques de Pouillerel, du Mont Racine, du Crêt-Meuron ou de la Montagne de Buttes (entre tellement d'autres). Mais l'éolien, c'est de l'argent en même temps que de la bonne conscience (1000 éoliennes = 2% de la consommation électrique nationale qui augmente annuellement de 2% !). Mais le sauvetage de la planète vaut bien quelques sacrifices et faire du Jura un martyr ne dérange guère l'establishment genevois ou zurichois, ni les autres d'ailleurs! Même la droite y est favorable avec un Laurent Favre qui ne sait plus quel air brasser pour attirer les faveurs et les investisseurs. Paradoxalement, le 1er juin, le parlement fédéral n'a pas souhaité faire appliquer les normes européennes pour le seuil de pollution des voitures... trop sévères et ennuyeuses pour les importateurs! L'écologie et la planète sacrifiées sur l'autel des lobbyistes de l'automobile. Croire que l'éolien va sauver la planète est aussi naïf et hypocrite que de croire que nombre de politiques se soucient du bien collectif. La vérité, c'est qu'écologique rime avec fric !

Patrimoine Suisse, section neuchâteloise

Jean-Daniel Jeanneret, Etienne Grossenbacher, Claude Roulet

Mai 2010